Icons & Inspirations

VIVIENNE WESTWOOD: LA DERNIÈRE PUNK!

Posted on in Icons & Inspirations

Retour sur la vie, les oeuvres et les miracles de la designer anglaise Vivienne Westwood. Créatrice anticonformiste et implacable qui donnes toujours des leçons de indépendance artistique. Dans sa propre auto-biographie du 2016 elle nous conseille comment "Get a Life". Très inspirante !

La styliste Vivienne Westwood n’est pas seulement celle qui a porté le mouvement punk vers la mode. Elle est surtout une femme qui a su créer une connexion entre ses propres idéaux et la créativité, construisant beaucoup plus qu’une simple marque mais une vraie philosophie de vie...punk !

Vivienne Westwood naît en 1941 dans la petite ville de Tintwistle Angleterre et commence sa carrière à Londres en 1970, où elle ouvre un magasin punk avec son compagnon Malcolm McLaren, futur manager des Sex Pistols.

Le magasin se trouve au 430 King’s road et s’appelle « Let It rock ». Au début, on y vend des pulls en mohair et des chaussures pour la sous-culture juvénile « Teddy Boy », mais le magasin changera souvent de style et de nom en suivant la transformation fascinante de la mode de rue et de la naissance du mouvement punk.
En 1975, le nom devient « Sex », des images pornographiques et des vêtements fétichistes remplacent les anciens articles; ces parenthèses durent un peu moins d’un an et voilà qu’elle change encore avec

des chaînes, des vêtements déchirés, des leggings et jupes en fourrure vendues sous le nom de « Seditionaries – clothes for heroes».

 

previous arrow
next arrow
Shadow
Slider

Pendant cette période, VW commence à mieux définir le style punk ; on ne peut parler de vraies règles (la destruction de ces dernières étant à la base du mouvement) mais en tout cas, les codes qui définissent l’habillement de cette sous-culture londonienne de naissance se définissent plus distinctement.


A partir de 1980, la styliste décide de donner une direction précise à son travail en commençant par dessiner de vraies collections s’adressant à des thèmes et des inspirations plus précises.
La première collection qui défile sur les podiums s’appelle « Pirate » et est clairement inspirée de l’univers des boucaniers. Par extension, le nom du magasin changera à nouveau en « World’s  End », prenant ainsi les apparences d’un galion (grand navire)!


Les inspirations successives prennent le large : la collection inspirée des Amérindiens est la deuxième à être présentée et s’ensuit une autre nommée « Witches », dédiée au monde des sorcières. Cette dernière collection marque la fin de sa relation avec Malcom McLaren ainsi que l’ouverture d’un deuxième magasin, “Nostalgia of Mud”.
La carrière de la designer avance parallèlement à des groupes musicaux de la scène punk rock des années 1980.

L’amalgame entre mode et musique n’a jamais été aussi créatif et le style de Vivienne Westwood se définit par le slogan

« When in doubt, exaggerate »

Crinolines, collerettes revisitées, tulle et tartan, chaussures plates très hautes, broches et accrocs, le tout parfaitement orchestré dans un chaos organisé qui redéfinit les canons esthétiques en les libérant des lois de l’harmonie à tout prix. VW anoblit ainsi les sous-cultures et fait de la rue un podium et une source d’inspiration (ce ne sont pas les blogueurs qui ont inventé le streetstyle, décidément pas. ndr).


Nous ne pouvons nous empêcher de nous rappeler aussi l’engagement politique et social que VW poursuit avec beaucoup d’énergie aujourd’hui encore; nombreuses sont les associations environnementales et animalistes soutenues par la maison de mode, les batailles pour la sauvegarde des droits civils et pour la liberté individuelle, les protestations et manifestations organisées au profit de la marque.


Nombreux et hilarants les actes anticonformistes à l’actif de la dernière punk qui existe, comme lorsqu’en 1992, afin de recevoir le titre de Dame de l’Ordre de l’Empire Britannique remis par la Reine Elisabeth II, elle fit tourner sa jupe devant tout le monde, montrant ainsi l’absence de lingerie intime ou encore lorsqu’en 1989, elle intercepta un complet destiné à Margareth Thacher et apparut sur la couverture de la revue anglaise Tatler, mettant en scène une forte protestation contre le Premier Ministre.

 

Le plus récent coup d’éclat de super Vivienne remonte à la dernière fashion week londonienne d’automne/hiver 2018/2019 durant laquelle le spectacle a été convenablement accompagné d’une protestation contre le Fracking, une pratique d’extraction des ressources du sous-sol hautement nuisible pour l’environnement.


On peut définir la vie de Vivienne Westwood comme une grande protestation, une affirmation courageuse de ses principes ainsi qu’une générosité et une disponibilité exemplaires. Toutes les nobles causes ont été poursuivies par VW qui avait un style unique en son genre, une personnalité exceptionnelle malgré les changements de la société et du fashion system.

Tant que nous aurons Vivienne, cela aura du sens de dire : « Punk is not Dead ».

Laisser un commentaire